• 24Mar 20

Coronavirus : Booking ou l’abus de position dominante

Non content de capter une énorme partie des profits générés dans le secteur du tourisme, voilà que Booking a décidé de pousser à la faillite une partie de ses fournisseurs : les hôtels en premier lieu.

Le coronavirus a bon dos pour Booking et d’autres !

Des hôteliers dans le monde ont accusé les plateformes et en particulier Booking de “se comporter de façon épouvantable” en réaction à la crise que connait le monde actuellement liée au coronavirus (Covid-19). En effet, certaines de ses plateformes ont modifié les conditions générales afin que les réservations payées, y compris celles qui n’étaient pas remboursables, soient remboursées ! Et histoire de couronné le tout : sans frais d’annulation.

Concrètement, pour des raisons de trésorerie n’ayant pas anticipé une baisse d’entre 90% et 100% de touristes, un nombre potentiellement ÉNORME d’hôtels risquent de tout bonnement mettre la clé sous la porte. Surtout si vous ajoutez que les prévisions pour les prochains semaines et mois, les possibilités de rentrées d’argent sont minces, voire inexistantes.

Pendant que les agences locales essaient de voir le meilleur moyen de gérer les notes de crédit avec les hôtels, Booking change leur politique de vente où les hôtels doivent rembourser les acomptes payés.

De la différence entre artisan ancré dans le réel et geek financier hors sol

Chez Costa Rica Découverte, nous sommes en train de négocier un délai de 18 mois afin que les clients puissent reporter de manière étalée.

C’est la grande différence fondamentale les artisans du voyages et les Monsanto du tourisme. Les artisans, dont nous nous revendiquons, tout comme nos partenaires, se connaissent personnellement et sont dans le même bain. Nous faisons du cas par cas, nous prenons le temps de voir ce que l’on peut faire pour accommoder et, en dernière instance, sauver l’industrie touristique afin qu’elle reparte dès que possible. Nous avons besoin des hôtels, des guides, des tours operator, des loueurs de voiture. Nous travaillons avec pour voir ce qui peut être fait. 

Booking et les autres travaillent de manière dominante dans le secteur des réservations, ils font ce qu’ils veulent et tiennent en otage les hôtels qui travaillent pour certains à 80%, parfois même à 100%. C’est tout simplement un scandale : non pas leur position dominante (bien joué à eux) mais l’abus de cette position dominante. J’entends le son des pierres à aiguiser sur les guillotines…

Le plus ironique : une fois la crise passée, les hôtels qui resteront à flot s’orienteront vers leurs bourreaux. En l’occurence, l’empereur de la face obscure de la force, nous nommons Booking !

Ah, attendez ! En fait, il existe une alternative : elle s’appelle FairBooking. Ils se décrivent ainsi :

FairBooking est une initiative d’hôteliers qui souhaitent proposer une alternative aux centrales de réservation en ligne. Lancé en mai 2013, Fairbooking est devenu une communauté de milliers d’adhérents professionnels et consommateurs qui propose de rétablir un contact direct et humain entre hébergeurs et clients. L’objectif est de préserver l’emploi et l’investissement des établissements qui reversent entre 15% et 30% de commission à ces intermédiaires.

fairbooking.com

Tout client qui passera par FairBooking ne passera pas par Costa Rica Découverte. On s’en accommode. Ce qui nous ravit : le fait que ce voyageur ne passera pas par Booking.

Cet article Coronavirus : Booking ou l’abus de position dominante est apparu en premier sur Costa Rica Découverte.

Pas réflexions au sujet de « Coronavirus : Booking ou l’abus de position dominante »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE